Le Bengal, politiquement sauvage ou domestique ?

Le Bengal, animal sauvage ou domestique ? Il semble que cette question se pose bien plus dans la sphère politique qu’auprès des amoureux des animaux, et encore moins des passionnés de la race. Cependant, c’est bien d’une décision politique que l’avenir des Bengals belges dépendra très rapidement. Entre liberté de détention ou obligation d’autorisation ou de déclaration, rien n’est pareil.

Pour le Ministre du Bien-être animal, Carlo Di Antonio, le Bengal est une espèceCarlo-di-antonio hybride nécessitait des croisements réguliers avec des spécimens sauvages prélevés dans la nature (ce qui soulève également des risques de trafic d’animaux sauvages), et impose l’obtention d’une agréation à l’avenir tant pour les détenteurs que pour les éleveurs, avec une différence de catégorie de licence entre les éleveurs et détenteurs d’animaux de catégories F1 à F4 et F5 et + non stérilisés, qui devront détenir un agrément complet, et les détenteurs d’un spécimen de la catégorie F5 et + stérilisés, qui devront disposer d’un agrément light, basé sur une simple déclaration (voir communiqué de presse).

En résumé, le Bengal  dépend de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction ou CITES) particulièrement pour les quatre premières générations (F1 à F4).

Olivier-DestrebecqPour le Député Wallon (et Sénateur) Olivier Destrebecq, Le Bengal est un chat à part entière qui répond à l’ensemble des critères de l’arrêté royal du 16 juillet 2009 permettant leur inscription sur la liste positive. En effet, celui-ci ne présente aucune agressivité particulière et moins encore un danger pour l’homme ; il ne nécessite pas plus de soins que certaines autres races de chats pourtant reconnues comme les Sphynx ; s’agissant de chats d’intérieur, sous contrôle de son propriétaire, il ne constitue pas un facteur de menace écologique plus important que les chats, avec ou sans propriétaire, laissés en liberté. Celui-ci se base notamment sur le très complet dossier réalisé par Cécil Ruwet, Tiffany Pluvinage & Pierre Mardaga.

Ce dernier vient d’ailleurs de déposer, en collaboration avec un autre député régional, Philippe Dodrimont, une Proposition de Résolution visant la reconnaissance en Région Wallonne des chats de race Bengal en tant qu’animaux domestiques, laquelle demande au Gouvernement wallon de considérer le Bengal à partir de la 5ème génération (F5 et +), comme une race de chat domestique, d’y attacher les conséquences juridiques que cela implique et de constituer en collaboration avec le secteur, un club de race destiné à défendre et à promouvoir le Bengal en Wallonie.

Notre avis :

Nous sommes tout à fait favorables à une obligation pour tout éleveur de répondre à des règles strictes permettant une reproduction dans des conditions et un bien-être optimaux pour les animaux, bien que n’étant en général pas favorables à une reproduction dirigée par l’homme. Cependant, nous souhaitons une règlementation générale de l’élevage. En ce qui concerne le Bengal (et même le Savannah), nous estimons qu’à partir de la catégorie F5, ces animaux doivent être considérés comme domestiques, et donc dépendre de la même règlementation que pour tout animal domestique. Nous ne pouvons qu’espérer que cette proposition soit adoptée par le Parlement wallon.

++++++++++++++

Encourager notre action ? Soutenez-nous !LOJO