Dreamland affirme ne pas avoir voulu choquer les amis des animaux (Réponse officielle du Département Marketing)

Apparemment le “bombardement” de mail a eu son effet, et nous vous remercions de nous avoir suivi. En effet, nous avons reçu ce jour un appel téléphonique émanant du Responsable département Marketing DreamLand au sujet de notre mail, et de notre article, communication dont les propos de ce responsable ont été confirmés par écrit.

Même si les explications reçues démontrent effectivement une méconnaissance des problèmes liés aux achats impulsifs, nous pouvons penser que celles-ci étaient sincères et réelles. Il n’en reste pas moins que nous continuons de penser qu’un jeune enfant ne sachant pas lire et analyser au second degré pourra être tenté par le fait de demander un animal comme “jouet de fin d’année”.

Le mal ayant été fait, nous avons proposé à ce responsable d’être à sa disposition le jour où il viendrait à nouveau à l’enseigne Dreamland l’idée d’utiliser des animaux vivants pour sa promotion, et expliqué qu’il n’était pas difficile de remplacer ces animaux vivants par des peluches, ne laissant traîner aucun doute sur le sens de sa communication.

Quoi qu’il en soit, nous pouvons considérer avoir atteint notre but d’avoir attiré l’attention de Dreamland sur cet incident, et sommes convaincus qu’à l’avenir la réflexion sera plus profonde sur ce genre de communication.

L’attention de Dreamland ayant été attirée, il nous semble inopportun à l’avenir d’encore transmettre vos mails comme demandé hier.

Voici la réponse écrite dans son intégralité:

Cher Monsieur,

Nous vous remercions pour votre e-mail de ce 18 octobre et pour l’entretien téléphonique d’aujourd’hui. Nous tenons d’abord à vous redire que nous vous témoignons le plus grand respect pour votre quotidien professionnel.

Nous notons que deux images de notre dépliant ont suscité chez vous une émotion négative alors que notre intention était au contraire de faire sourire tous les lecteurs, enfants comme adultes.

La communication publicitaire, et a fortiori celle de DreamLand, utilise très souvent le registre de l’humour, avec des mises en scène un peu absurdes qui « forcent le trait ». C’est en l’occurrence le registre que nous avons utilisé, en illustrant ce que les enfants pourraient faire à l’extrême pour communiquer le jouet précis qu’ils rêveraient d’avoir : une poupée à coiffer, un déguisement de ninja, une figurine de leur idole… jouet qui se trouve toujours découpé(e) et collé(e) sur la liste de cadeaux à l’avant-plan de l’image, en tête de laquelle figure un « Je voudrais… »

Par rapport à l’image en couverture de notre dépliant, nous tenons à préciser que cette race de chien a coutume d’être tondue, que les maîtres du chien comptaient le tondre à ce moment-là et qu’un professionnel a réalisé la tonte en coulisses. La liste en avant-plan montre que l’enfant souhaite des jouets et non un chien. Ce dernier est donc un élément de la mise en scène, comme l’enfant assis en arrière-plan.

Concernant l’image du cheval à la page 56, nous tenons à préciser que toutes les couleurs et étoiles ont été intégrées ultérieurement par ordinateur. Ici aussi la liste en avant-plan montre que l’enfant souhaite une figurine et non un cheval.

Par ailleurs, le fait que les enfants demandent un véritable animal comme cadeau et que les parents accèdent à leur demande sans avoir bien pesé les conséquences est selon nous un phénomène qui dépasse de loin les communications qui mettent en scène des animaux. Nous pensons sincèrement que notre communication ne va pas l’amplifier et nous espérons que la toute grande majorité des lecteurs percevra notre message tel que nous avons voulu le signifier. Nous ne nous serions jamais permis de faire ceci autrement.

Le slogan de DreamLand « Tout est plus marrant en jouant » existe depuis plusieurs années et n’est en aucun cas lié spécifiquement à cette campagne de communication. Nous espérons l’avoir illustré une nouvelle fois dans toutes les mises en scène humoristiques de ce dépliant, sans toutefois avoir la certitude d’y parvenir auprès de tous les lecteurs.

Enfin, nous terminons par vous assurer que nous avons le plus profond respect pour les animaux : nous ne les considérons pas comme des jouets ni des objets, mais comme des êtres à part entière qui prendront beaucoup de plaisir à vivre aux côtés des familles.

Nous vous remercions pour votre écoute lors de notre entretien téléphonique et nous vous demandons s’il est possible de revoir votre demande faite à vos lecteurs sur votre site.

Bien à vous,

Stefan F.

Responsable département Marketing DreamLand

Coup de pouce