Epilogue sur la reprise de la SPA de La Louvière

Bonne nouvelle pour les passionnés du refuge Hainuyer, celui-ci a enfin un nouveau Conseil d’administration élu démocratiquement depuis ce mercredi 29 juin.

C’est effectivement ce 29 juin que s’est tenue l’Assemblée Générale de l’asbl SCCA (SPA de La Louvière) devant élire le nouveau Conseil d’Administration permettant enfin un déblocage de la situation.

Désolés, mais c’est déjà après cette ligne que nous n’avons plus de bonnes nouvelles à vous annoncer.
Pour la bonne compréhension de la suite, le terme “nous” désigne le collectif créé pour l’occasion, et non l’asbl Sans Maître. L’asbl Sans Maître ayant toujours voulu jouer la carte de la transparence, afin de pouvoir vivre de l’intérieur sa vie associative, nous allons le faire, n’en déplaise à certain(e)s.

Cette assemblée générale s’est installée de manière tellement nébuleuse qu’il est plus que difficile de la qualifier de “démocratique et loyale”.

Nous avons relevé durant notre travail un certain nombre d’irrégularités et manœuvres partiales dans le chef de l’administrateur provisoire, et des autorités locales visant un choix dirigé sur le futur de l’association, selon des désirs des autorités, faisant fis du désir des membres historiques, pourtant seuls habilités statutairement à choisir le futur de l’association.

Il nous semblait qu’il était impossible que le bien-être animal fasse l’objet d’un enjeu et de montages politiques, et pourtant, …

  1. Alors que nous n’avons été avertis de la date de l’AG en recevant une convocation datée du 20 juin, L’Administration communale de La Louvière l’avait été bien plus tôt. Pour preuve, un mail de Monsieur Gobert, Bourgmestre de La Louvière, daté du 27 mai, priant tous les membres du conseil communal de se faire membre de la SCCA afin d’être majoritaire lors du vote lors de l’AG (extrait: “Nous devons absolument assurer la majorité de la prochaine assemblée générale, elle devra en effet désigner le nouveau conseil d’administration. Pour être repris dans la liste des membres de l’ASBL, il suffit de verser une cotisation de 35 euros…”). Subitement, une centaine de nouveaux membres ont été enregistrés par l’asbl SCCA (qui gère la SPA), alors que jusqu’à la fin du mois de mai, elle comptait 57 membres (dont le collectif composé de 9 personnes qui ont présenté un projet de reprise, incluant donc une partie des membres effectifs de notre asbl). Subitement, plus de 100 personnes se sont senties pousser un grand intérêt pour un refuge dont une partie devait même ignorer l’existence au mois d’avril…
  2. Bien qu’ayant été en contacts réguliers avec l’Administrateur provisoire depuis novembre 2015, il nous a été impossible d’entrer en contact avec cette dernière, que ce soit par mail ou téléphone, afin d’obtenir certaines informations utiles. Nous avons été contraints de passer par les services d’un avocat pour enfin obtenir des réponses.
  3. Depuis le départ, nous avons précisé le fait que l’asbl Sans Maître n’était pas candidate, mais que certains de ses membres faisaient partie d’un collectif. (Ce fait a une haute importance pour la suite). Jusqu’au bulletin de vote, le nom “ASBL SANS MAÎTRE est apparu partout.
  4. Aucun des dossiers de candidature n’a été vérifié avant sa présentation. Ainsi le premier projet candidat présenté et portant le nom d’équipe de Madame Malardon, n’existe plus depuis plusieurs années. Il s’agissait d’un projet créé à l’époque par plusieurs anciens bénévoles de la SPA. Ce groupe avait choisi le nom de “Madame Malardon” qui n’existe pas physiquement… Il a pourtant été présenté par l’Administrateur provisoire dans ses détails, …
  5. Le mail du Bourgmestre (point 1), précisait lors de son appel que “des représentants d’une ASBL qui opère hors entité souhaiterait mettre la main sur la SPA de La Louvière. Il est vrai que la perspective du déblocage d’une série de legs en faveur de notre SPA peut susciter des convoitises.Ces personnes projetteraient de réaliser un nouvel établissement dans le Brabant wallon”. Il s’agit ni plus ni moins que des propos calomnieux et diffamatoires, l’asbl Sans Maître ayant des buts bien définis, dans lesquels la reprise d’un refuge n’apparaît pas. Si nous avions créé un groupe différent et non composé exclusivement de membres de notre asbl, c’était justement pour éviter tout amalgame. Il s’agit tout simplement par ces propos, de jeter le discrédit sur l’asbl Sans Maître en lui attribuant des manœuvres déontologiquement “incorrectes”, voire frauduleuses. L’amalgame créé par l’Administrateur provisoire et le Bourgmestre ouvrant la porte à ces propos calomnieux et diffamatoires envers l’asbl Sans Maître, le projet du collectif perdait d’office toute sa crédibilité.
  6. Madame Coassin, candidate d’une autre proposition à la reprise de l’asbl SCCA a pris contact téléphoniquement avec des nouveaux membres 2016, afin de les solliciter pour un vote en faveur du seul projet accepté par la ville, répétant à l’occasion, les mêmes propos que ceux portés par écrit par Monsieur Gobert, en précisant même avoir obtenu ceux-ci de la ville elle-même. Cette prise de contact démontre une utilisation frauduleuse du fichier des membres de l’asbl SCCA, punissable par la Loi du 8 décembre 1992. Lors de cette interpellation en AG, l’intéressée a certifié n’avoir utilisé que le listing 2015 des membres. Pas de chance, Madame Hayot, présente, lui a immédiatement rétorqué qu’il s’agissait d’un mensonge, étant donné le fait qu’elle avait personnellement reçu son appel, et qu’elle n’est membre que depuis 2016…
  7. L’Administration communale a acté lors de son conseil communal tenu le 25 avril dernier avoir conclu une prolongation de la mission de l’administrateur provisoire le temps que les travaux de rénovation soient bien avancés (point 29 du PV du C.C du 25 avril 2016). Vu cet accord, nous estimons que l’administrateur provisoire n’œuvre plus dans l’intérêt de l’asbl mais bien de la ville à part entière.
  8. Une maquette en 3D du futur site a été présentée lors de l’AG, projet réalisé par la Ville, et devant être financé en partie par l’asbl. Lorsque nous avons souligné le fait qu’il était étonnant de la part de l’Administrateur provisoire d’utiliser la forme affirmative en s’avançant sur le désir du nouveau CA d’investir des fonds sur un site qui ne lui appartient pas, il a été répondu qu”elle utilisait la conjugaison qu’il lui plaisait. En résumé elle savait déjà la composition du nouveau CA.
  9. En date du 17 mai 2016, Monsieur Sgualdino informait sur le réseau social Facebook que le projet de l’asbl Sans Maître n’avait pas été retenu, soit pratiquement 1 1/2 mois AVANT la tenue des élections. A moins de disposer d’une boule de cristal, et de maîtriser les arts divinatoires bien mieux que Madame Soleil, il est impossible de connaître le résultat d’un vote n’ayant pas encore eu lieu.Sgualdino avec date(pour la petite histoire, l’asbl Sans Maître est bien située dans le Hainaut et non le Brabant wallon).
  10. L’administrateur provisoire lors d’échanges écrits avec notre avocat, reconnait la volonté de la ville de n’accepter qu’un seul projet (celui de Monsieur Kievitz, Sgualdino et Madame Coassin).
  11. Le souhait de la ville est de transformer l’asbl en asbl à prédominance communale. Sans connaître le résultat du vote, et donc du nouveau Conseil d’Administration, le bulletin de vote demandait un avis de principe pour ou contre la transformation de l’asbl en asbl communale. Il faut quand même être fort pour présumer d’un désir émanant d’un CA non désigné… Etonnant non ?

Dans un souci de vote démocratique nous avons donc demandé l’annulation tant de l’AG que du vote. On nous a écouté ( à l’exception de Monsieur Gobert qui durant toute notre interpellation n’a cessé de jouer avec son téléphone), mais on ne nous a pas entendu.

N’ayant jamais voulu faire de notre candidature un combat politique, nous ne sommes jamais entré dans une lutte de pseudo membres, et n’avons jamais appelé quiconque de s’affilier à la SCCA. Cependant, il nous semblait légitime en tant que candidats, de chacun se faire membre de celle-ci. Nous avons contacté ceux que nous appellerons les “vrais membres” ceux connus des années précédentes, qui connaissent la situation perdurant depuis bon nombre d’années, et repris dans le listing déposé en 2014 au Greffe du Tribunal de commerce de Mons, c’est à dire 37 membres. Nous avons informé sur l’importance de voter afin de faire entendre leur avis sur le futur du refuge. C’est à la demande de certains de ceux-ci que nous nous sommes intéressés à l’appel public de novembre 2015. Nous avions proposé de les rencontrer s’ils désiraient de plus amples informations au sujet de notre projet. Certains l’ont fait. Cependant, nous n’avons absolument jamais appelé au vote en faveur de notre projet. Nous estimions que seuls ces membres là avaient le droit de décider de l’avenir du refuge qu’ils soutenaient. Force a été de constater que même s’ils votaient tous pour le même projet, leur avis n’aurait pas pesé bien lourd dans le résultat des élections… Vous avez dit démocratie ???

Sans aucune surprise, les nouveaux administrateurs sont donc Mr Sgualdino, journaliste , Madame Coassin, liquidatrice de faillites travaillant régulièrement en collaboration avec l’administrateur provisoire, et Monsieur Kievitz, vétérinaire, ayant rejoint le projet à peu près au même moment où

Jean Godin
L’Echevin Jean Godin à quelques mètres d’une superbe louve empaillée (capture d’écran du mur Facebook de l’intéressé)

il a démissionné du service inspection du bien-être animal au sein de la Région wallonne, il y a environ 2 mois. Ces 3 Administrateurs seront rejoints par 4 personnalités politiques pour former un CA de 7 personnes. Nous y verrons peut-être le tout nouvel échevin ayant le bien-être animal dans ses fonctions, Monsieur Jean Godin.

Il est évident que nous pouvons encore aller plus loin, et intenter une action en annulation. Mais en finalité, quel serait l’intérêt de ceci ? Toute action entraînerait un gel de la situation, donc un report de plusieurs mois, voire années, en laissant perdurer une situation plus que catastrophique. Pour preuve, cette vidéo prise le 03 juin dernier

Est-ce vraiment agir pour le bien-être des animaux que d’empêcher une amélioration des locaux ? Notre réponse fut NON.

Dans l’hypothèse où notre action se termine par une issue favorable, vu l’acharnement politique envers tous les autres projets, il sera presque impossible d’obtenir quoi que ce soit pour améliorer quoi que ce soit. Et ceci toujours au détriment des animaux.

Combien ces démarches allaient-elles nous coûter ? Quelques milliers d’Euros, quelques dizaines de milliers d’Euros ? N’est -il pas dommage, alors qu’il est déjà très difficile d’obtenir des fonds, de les dépenser non pas aux animaux bénéficiant de nos actions, mais dans des procédures et frais d’avocat(s) ? Notre réponse fut OUI.

Les choses étant ce qu’elles sont, le collectif créé depuis novembre 2015 visant la reprise de la SPA de La Louvière n’ayant plus de raison d’exister, a été d’un avis unanime dissout vers 22h00. Ce n’est pas pour autant que de manière individuelle, nous nous désintéresserons de la vie des animaux hébergés par ce refuge. En tant que membre, il est de notre droit de visiter les lieux.

anecdotesAu rayon des anecdotes, nous avons pu noter le fait d’avoir été accusés d’avoir fait du lobbying alors même que des faits prouvés sont arrivés de la part notamment du Bourgmestre.

La transparence s’est arrêtée aux portes de l’AG. En effet, un journaliste s’étant annoncé afin de faire une photo souvenir, s’est vu refusé l’accès. Est-ce que le fait de ne voir sur celle-ci une majorité de personnalités politiques et proches de l’Administration aurait gêné l’assemblée ? Nous le supposons.

Lors de l’AG, nous avons pu apprendre que pour les autorités politiques, il est important aujourd’hui de se mettre en règle vis à vis de la législation relative aux conditions d’hébergement des animaux dans les refuges, Loi datant du 27 avril 2007. Un réveil soudain et tardif 9 ans après sa parution? Même pas, mais un avertissement de retrait numéro d’agrément datant de 2015 émanant d’un vétérinaire inspecteur du BEA de la Région Wallonne (le même que le candidat pensez-vous, … vous avez gagné).

Une affirmation lors de la présentation du projet désigné par la ville, nous a informé sur le fait que les animaux qui passeront par la SPA ne seront pas destinés à y rester (…).

Un membre de l’assemblée envoyant un message pour demander pour qui il devait voter, …

Une candidate ayant trop de procurations a du s’y reprendre par 3 x pour enfourner tous ses bulletins de votes dans l’urne. L’orifice était trop petit pour la grosseur de son paquet.

Plus de 3 mois avoir payé notre cotisation, aucun de nous n’a reçu sa carte de membre; pourtant annoncée sur le site de la SPA.

pouceBien que depuis le départ vous pourriez penser qu’à nos yeux, le bilan des 8 mois de travail et le résultat soit qualifié de négatif, nous l’estimons plus que positif pour maintes raisons. Tout d’abord, nous avons prouvé notre détermination à faire le maximum, sinon plus, pur tenter d’améliorer le sort d’animaux. Ce travail a également permis de resserrer encore plus les liens qui unissent l’équipe de notre asbl Sans Maître, et même de la renforcer avec le désir des non membres effectifs, de collaborer à l’avenir avec l’équipe. Pas mal de choses ont été apprises et servirons dans le futur. Nous avons fait la connaissance de plusieurs personnes avec lesquelles nous conserverons un contact plus que privilégié. Et puis, grâce à notre détermination, nous avons quand même apporté plus de 3.500 € dans les caisses de la SPA de La Louvière, au bénéfice des animaux. Toutes les cotisations arrivées en quelques jours sont un ballon d’oxygène financier non négligeable. Et la cerise sur le gâteau a été cet ancien membre de la SPA venu à notre rencontre après la réunion, nous remercier de lui avoir permis d’ouvrir les yeux sur la réalité entourant la SPA, non pas de notre interpellation, mais de par la façon dont s’est tenue l’AG et ce qui s’y est dit et fait. Il nous a même confié avoir compris la différence entre des personnes qui agissent uniquement pour le bien-être animal, et ceux qui utilisent les animaux pour satisfaire leur aura (…).

Il est tout bonnement plus que regrettable de savoir que d’ici peu, les fonds laissés par les donateurs et légataires ne seront plus gérés par des passionnés du monde animalier, mais en majeure partie par des personnalités politiques ne s’étant jusqu’à présent jamais senties concernées par le confort apporté aux animaux abandonnés de leur entité. Nous supposons donc qu’il ne sera plus fait appel aux dons privés pour alimenter une association communale.

merciAu nom du défunt collectif et en mon nom personnel, je tiens à remercier publiquement sans les nommer afin de leur éviter tout problème éventuel, toutes les personnes ayant répondu positivement à nos appels de renseignements, d’informations, présentations de personnes qualifiées dans des domaines précis, et particulièrement à notre avocat qui nous a, en conclusion de notre action, signaler nous offrir toutes ses prestations, en simple remerciement de ce que nous avons tenté pour aider des animaux.

Tous les faits énumérés dans le présent sont prouvés par des écrits, pour certains même disponibles sur le site de la ville de La Louvière. Quelques uns ont été remis à la presse, d’autres seront remis aux autorités Judiciaires dans le cadre du dépôt de plainte pour calomnie et diffamation, et tous sont conservés dans le dossier, et sont à la disposition de quiconque mettrait cet article en cause.

Ceux et celles qui me connaissent savent que lorsque je m’engage dans un combat, je vais jusqu’au bout, et surtout j’assume jusqu’au bout. C’est pour cette raison que je signe personnellement cet article.

Thierry Arnould, Président de l’asbl Sans Maître et initiateur du collectif ayant œuvré sur le dossier de la SPA de La Louvière, à présent refermé, et qui espère n’avoir plus jamais devoir rédiger un aussi long article explicatif.

+ + + + + + + + + +

Envie de nous aider à acquérir un utilitaire ?

Une camionnette pour Sans Maître

LOJO