La magie de Noël n’est pas devenue le miracle de Noël (On ne peut pas réussir à tous les coups :( )


Alors que nous étions à la soirée de la Noël des animaux à Courcelles ce vendredi 20 décembre, un appel urgent nous parvint vers 21h00. Une femelle lapine qui avait 6 lapereaux venant de voir le jour était décédée. L’interlocutrice avait cherché de l’aide de tous les côtés sans en trouver. Très peu confiants dans le fait de trouver une solution, nous promettons de la rappeler à notre retour, solution trouvée ou pas. Cela faisait un jour que la personne tentait de les nourrir au lait de vache.

Ce n’est qu’aux alentours de 02h00 qu’une piste se dessina, pas simple, mais résultant d’une belle solidarité entre diverses personnes. Nous irons chercher les petits, les conduirons vers Bruxelles. A mi-chemin une passionnée de lapins les prendra en charge et tentera de les alimenter au lait pour chatons, avec complément alimentaire. Le temps de les stabiliser et ils partiraient vers le refuge pour lapins Au bonheur des lapichons à Rhisnes.

Le temps de prendre les petits en charge, ils n’étaient déjà plus que cinq. Nous avions avisé la personne que nous n’étions pas vraiment confiants sur le devenir des bébés, mais que nous ne pouvions rester sans agir et qu’il fallait tenter le maximum, ce qui était fait avec ce qui était mis en place. Biens couverts par une couverture, le chauffage à fond dans la camionnette, lorsque nous arrivons au point de contact, nous étions déjà attendu par Martine, la passionnée de lapins. Nous achetons sur ses conseils les produits que nous lui remettons afin qu’elle puisse prendre le départ sans retard.

Malgré toutes les précautions, à son arrivée, un autre bébé était déjà décédé. Et ce fut l’hécatombe, malgré leur installation sous lampe chauffante, et les tentatives de nourrissage à la seringue (1 ml) deux autres rendirent leur dernier petit souffle dans la foulée, … Hier soir un seul semblait reprendre un peu de vigueur, et commença même à remuer quelque peu. Il avait bu une seringue, c’est à dire 1/4 de ce qu’il devait prendre.

Vers 04heures ce matin, la triste nouvelle tomba. Le dernier bébé avait succombé lui aussi. Il faut reconnaître que des lapereaux de moins de 72 heures privés de lait maternel n’auraient pas eu une bonne santé, qu’ils allaient être fragiles et que si la nature avait décidé d’arrêter leur parcours si tôt, c’était certainement pour qu’ils puissent vivre au paradis des animaux sans souffrance.

Pourquoi vous raconter ceci ? Parce que les échecs font partie aussi de notre vie, parce qu’à chaque fois ça fait mal. Mais qu’après un échec vient un succès, et c’est grâce à cette pensée qu’on arrive à avancer. Nous le savons, mais d’autres intervenantes dans cette présente intervention ont beaucoup de mal à l’accepter. Nous tenons à les remercier pour leur dévouement, et leur donnons rendez-vous une prochaine fois pour une issue bien plus heureuse.

A Annick, Eline, Martine, Marion, Oriane,

Faire vos achats chez Zooplus en passant par notre lien apporte à nos protégés 4% du montant de votre commande hors TVA.