La stérilisation et l’identification des chats : Qui ? Quand ?

chat sterilisationCertaines questions nous reviennent régulièrement à propos de la Législation actuelle relative à la stérilisation obligatoire des chats. Nous allons tenter de vous l’expliquer facilement :

Quels sont les chats qui doivent être stérilisés et identifiés ?

Si vous avez adopté votre chat dans un refuge, celui-ci doit, depuis le 1er mars 2014, être stérilisé et identifié au moment de l’adoption.

En ce qui concerne les autres chats provenant d’éleveurs, de particuliers (qu’il s’agisse d’une vente, d’une garde, d’un échange, à titre gratuit ou onéreux), depuis le 1er septembre 2014, tous les chats domestiques doivent l’être également.

Une dérogation existe pour les chats provenant d’élevages agréés, pour autant qu’ils soient destinés à la vente à une personne non domiciliée en Belgique ou à un autre éleveur agréé.

A partir de quel âge peut-on faire stériliser un chat ? Après avoir sollicité un avis vétérinaire, la réponse est 3 mois et minimum 10 jours après une vaccination.

Quels sont les procédés d’identification agréés ? L’identification doit se faire par l’introduction d’un microchip par un vétérinaire agréé.

Où faire stériliser et identifier un chat ?  Pour un chaton âgé de 3 mois, cette opération étant un peu plus délicate qu’une stérilisation d’un chat plus âgé, il faut impérativement que celle-ci se fasse dans d’excellentes conditions d’hygiène et de stérilisation, l’anesthésie étant un peu plus compliquée également, il est conseillé de la faire pratiquer auprès d’un vétérinaire travaillant pour ce genre d’opération avec la collaboration physique d’un collègue, afin de permettre une surveillance constante des paramètres vitaux de l’animal.

Et les chats errants ? Bien qu’il existe un plan quinquennal de stérilisation bon nombre de chats errants ne seront jamais stérilisés. Plusieurs communes ne s’intéressant absolument pas à cette problématique et n’ont encore conclu aucun accord avec un refuge local ou régional pour assurer celle-ci, ni un ou plusieurs vétérinaires. Pourtant, les communes, selon l’article 9 de la Loi  du 14 août 1986, toujours d’application actuellement, (consultable dans notre rubrique (Législation) relative au bien-être animal, ont la responsabilité de régler la problématique des chats errants.

Notre avis :

Bien que se basant sur un but louable, cette législation est totalement utopique. Déjà les élevages et refuges, connus de l’Afsca ne peuvent être contrôlés (nous sommes convaincus que la grande majorité respecte cette législation faite pour le bien-être animal), mais qu’en est-il des particuliers ? Qui va contrôler ? Sur base de quoi ? Comment ? Plus de 90 % des chats vivants en Belgique ne sont pas identifiés !!! .

Il serait utile de publier au Moniteur Belge l’arrêté Royal datant de 2012 qui obligerait toutes les communes à :

– Créer un point de contact où les habitants peuvent signaler les chats errants

– Nourrir les chats stérilisés

– Offrir un abri aux chats errants pour les protéger des conditions météorologiques extrêmes; – conserver les données concernant leur politique dans le domaine des chats errants.

Notre interrogation : Pourquoi interdire purement et strictement tout particulier à pouvoir permettre une ou deux portées à une chatte domestique, pour autant qu’il existe une assurance de placement des chatons, préalablement à la naissance ? Certaines personnes ont par exemple pour but une continuité de famille de sang d’un défunt chat. Il nous semble qu’un assouplissement envers les particuliers devrait être pensé.

Pour conclure, nous vous proposons de rendre une petite visite sur le site d’Adopter au refuge, un excellent site informatif.