Les bedots de l’Aïd El Kebir rejetés par les « ténors » de la protection animale (Refusés car saisis par l'Administration)


C’est une histoire invraisemblable qui s’est déroulée le 31 juillet dernier en Wallonie. Déjà fortement impactée par le manque de personnel (le cadre n’est plus rempli qu’à environ 40%), L’Unité du Bien-Être Animal (UBEA), (service public dépendant de la DGO-3) sur base d’informations reçues par les polices locales est intervenue afin de saisir des moutons qui devaient être tués illégalement à l’occasion de l’Aïd El Kebir, et ce en plusieurs endroits (Marcinelle, Walcourt et Wavre). Afin de retirer les moutons et de les prendre en charge, ces inspecteurs prennent contact avec divers refuges qui refusent la prise en charge de ces moutons. Assez curieusement, selon les inspecteurs de l’UBEA, tous sont affiliés à l’association radicale UWPA (Unité Wallonne de la Protection Animale, laquelle avait entamé, sous la bienveillance (et un énorme soutien financier) de l’ex ministre Di Antonio, une grève/guerre des refuges visant ni plus ni moins que le démantèlement dudit service.

Pour en revenir à nos moutons, les inspecteurs de l’UBEA ont vite compris qu’il était inutile de continuer à chercher un ou des refuges compatissant avec l’état des moutons qui tous étaient affamés et assoiffés. Certains en plus boitent, toussent et ont le nez qui coule. Il y en a même un qui est aveugle. Après avoir cherché de tous côtés, une solution s’est dessinée, pas tout à fait légale à la base, mais nécessaire au vu des refus. Les confier à un refuge qui les acceptent mais qui n’est pas agréé pour ce genre d’animaux. Un refuge enclos provisoirecompatissant sur la situation plus que scabreuse de ces animaux. C’est le petit refuge pour équidés Natur’Horses de Braine-le-Comte qui accepta de tous les accueillir malgré le fait que ses installations ne sont pas adaptées. Le « Mac Gyvage » de la débrouille mis en route, les moutons arrivaient déjà pour enfin recevoir de quoi s’abreuver. Pas d’installations adéquates, des fonds plus que limités (comme toutes les infrastructures non surmédiatisées) c’est une mission plus que difficile relevée par la petite équipe de Natur’Horses. Toute aide est la bienvenue, en matériel, nourriture, et argent.

En résumé donc, aucun refuge affilié à l’UWPA n’aurait accepté les moutons. C’est que qu’on peut aisément déduire des propos de la responsable du refuge Silence Animal (qui fait partie des refus et de l’UWPA) : L’UBEA m’appelée. J’ai dit que je donnerais ma réponse dans cinq minutes. On ne m’a plus rappelée.” Peu importe… “J’aurais de toute façon été solidaire avec mes confrères de l’UWPA.”

Plus dramatique encore sont les propos repris par La Libre Belgique tenus par Jean-Marc Montegnies, Président d’Animaux en Péril, une des associations cofondatrices de l’UWPA, cofondatrice aussi de la FEFRACAF (une association pouvant acheter notamment des chevaux destinés à l’abattoir et en faire don … aux associations membres, alors que l’asbl Animaux En Péril a milité des années pour interdire l’achat par les refuges d’équidés destinés à l’abattoir … qui affirme qu’ils (AEP n’a jamais été contactée mais que  “De toute façon nous aurions refusé. Des dizaines de moutons prêts à se faire abattre sans étourdissement, bien sûr que cela nous touche. Ne pas pouvoir intervenir est terrible. Mais voilà qu’on nous demande une trêve. Je veux bien mais la trêve aurait tout aussi bien pu venir de l’autre camp. Il suffisait que l’UBEA demande aux bourgmestres, avec qui nous travaillons, d’ordonner, eux-mêmes les saisies. Ils ne l’ont pas fait. Résultat, ces 75 moutons sont aujourd’hui dans un refuge qui n’est pas prévu pur eux.”

examen vétérinaireEn résumé, les inspecteurs de l’UBEA auraient dû répondre par la négative aux appels des polices locales, afin que les bourgmestres ordonnent eux-mêmes les saisies des mêmes animaux … Une preuve de plus du caractère extrémiste de l’UWPA qui fait le forcing afin d’imposer ses idées. Et malheur aux animaux qui ne sont pas soumis à leur idéologie.

Pour notre part, nous sommes entrés dans un autre monde du bien-être animal depuis le mandat de l’ex ministre, lequel n’a (heureusement) pas eu le temps de tout façonner afin que son petit comité de soutien amical ne prenne les rennes de tout le secteur. Mais qu’en sera-t-il demain ? La Ministre Tellier n’a-t-elle pas nommé elle-même l’UWPA comme représentante des refuges wallons ? N’a-t-elle pas également nommé Gaïa, partenaire (pour ne pas dire membre) de l’UWPA également ? Osera-t-elle prendre ses responsabilités et revenir sur ses nominations ? Prendra-t-elle les mesures nécessaires afin de regarnir le cadre de l’UBEA ? Nous sommes très intéressés de le savoir.

Lorsque vous avez envie d’aider à la protection animale, rappelez-vous qu’il existe bien d’autres associations que les quelques habituées des médias, et que beaucoup d’entre elles méritent tout autant sinon plus votre aide pour faire un travail efficace et important pour le milieu animal, dans l’ombre des ténors.

Faire vos achats chez Zooplus en passant par notre lien apporte à nos protégés 2% du montant de votre commande hors TVA.