Le 1er Conseil Wallon du bien-être animal mis en place – Communiqué de presse

Ce mercredi, le Ministre wallon du Bien-être animal Carlo DI ANTONIO a inauguré l’entrée en fonction du 1er Conseil wallon du Bien-être animal.

Pour la première fois, les 28 membres effectifs et suppléants désignés se sont réunis officiellement à Namur.

Le Conseil wallon du Bien-être animal est un organe de concertation qui aura pour but de dégager des positions en faveur des animaux sur base d’un consensus entre tous les acteurs concernés par cette question. Il sera chargé de remettre des avis sur demande du Gouvernement, du Ministre compétent ou de sa propre initiative.

Cet organisme indépendant et multidisciplinaire est composé de la manière suivante :

1. deux représentants des associations de protection animale :

Animaux en Péril : Marie-Laurence Hamaide, Jean-Marc Montegnies
GAIA : Ann Degreef, Michel Vandenbosch

2. deux représentants des refuges pour animaux :

Société Royale Protectrice des Animaux Liège-Huy-Arlon-Luxembourg : Nadine Lavallé, Jean-Pol Guiot
ASBL Sans Collier : Sébastien De Jonge, Bettina Hansen

3. deux représentants des associations agricoles wallonnes :

FWA : Marie-Laurence Semaille, Ana Granados
FUGEA : Gwenaëlle Martin, Patrick Siraux

4. deux représentants du secteur du commerce et de l’élevage des animaux de compagnie :

Société Royale St Hubert asbl : Philippe Henry, Isabelle Ley
Tom & co : Benoit Jadot, Jean-Thomas Geelhand

5. Ordre des médecins vétérinaires : Thierry Tramasure, Véronique Neuvens

6. Organisation professionnelle vétérinaire : Union Professionnelle des vétérinaires : Alain Schonbrodt, Marcel Renard

7. Société civile: Nature & Progrès : Marc Fichers, Jean-Pierre Gabriel

8. UVCW : Franco Laneri, Arnaud Ransy

9. Experts scientifiques reconnus pour leurs travaux en matière de Bien-être animal: Marc Vandenheede (ULG), José Wavreille (CRA-W), Claire Diederich (UNamur), Philippe Horlait (Biopole-ULB).

Claire Diederich présidera le Conseil wallon du Bien-être animal. Marc Vandenheede en assurera la vice-présidence.

Tous les membres du Conseil exerceront leur mission à titre bénévole.

Les avis du Conseil seront publics et permettront au Gouvernement de prendre des décisions, éclairé par les points de vue des acteurs de terrain.

Pour Carlo DI ANTONIO, le bien-être animal est un domaine qui mérite d’être abordé avec toute l’objectivité nécessaire. Le Ministre tient à faire avancer la législation en la matière, loin de toute logique émotionnelle ou de dogmatisme aveugle.

La mise en place du Conseil s’inscrit dans le cadre de la dernière réforme de l’Etat et qui confie à la Wallonie la compétence de prendre toute mesure en vue de protéger les animaux et favoriser leur bien-être.

Crédit photo : Facebook du bien-être animal en Wallonie.

L’avis de Sans Maître :

Bien que nous réjouissant de la présence de l’asbl Sans Collier, un exemple éthique pour la gestion d’un refuge, et du respect animal, nous ne pouvons qu’émettre de sérieux doutes sur l’impartialité et l’objectivité nécessaire de la partie représentative des associations. Si nous reconnaissons encore aujourd’hui l’excellent travail effectué par Gaïa, il n’est est plus de même envers Animaux En Péril qui, rappelons-le, a purement fermé un refuge qui pouvait, selon certains aménagements, continuer à accueillir nombreux chiens et chats abandonnés, et dont le Président cautionne une euthanasie “économique” pour des animaux  qui sont restés un certain temps adoptables et non adoptés. Nous ne pouvons cautionner une représentation par un organisme qui a délibérément condamné à mort ceux que nous tentons de sauver.

De plus, Gaïa et Animaux En Péril (à noter la disparition dans le communiqué de l’abréviation “asbl”) œuvrant étroitement sur bon nombre de campagnes, étant situées à l’extrême limite de la défense animale, plus loin encore que les végétariens, ne constituent donc pas une représentation étendue des associations. Exit le CNPA (Conseil National de la Protection Animale) qui durant de nombreuses années, a représenté à lui seul plus de 50 associations du milieu de la protection animale. Une façon malhabile de marquer son soutien à une association ayant déjà fait coulé beaucoup d’encore sur le mur du Ministre, … et cette fois, ce n’est plus dans le cadre de sa mission de représentation.

La représentation de ce secteur est bien loin d’être objective, et loin de tout dogmatisme aveugle.

Quoi qu’il en soit, ce Premier Conseil a du pain sur la planche, et pas qu’un peu.

Dont acte,

————————————————–

Comment soutenir l’asbl Sans Maître ?