Le bien-être animal en Wallonie ? (Une utopie)

La semaine dernière, deux faits importants relatifs à des situations de maltraitance ont été relatés dans la presse. Il y a tout d’abord les six bovins morts de faim à Blaimont pour lesquels une partie de la toile Facebook s’était déjà insurgée le week-end des 3 et 4 mars dernier. D’après cet article, le fermier propriétaire des animaux a remis son exploitation il y a une année environ, mais avait conservé une vingtaine de têtes de bétail pour lesquels il ne dispose plus que de deux prairies. Qui plus est,  ce dernier se trouve dans un situation particulièrement difficile depuis un bon bout de temps. Lors du constat du Bien-être animal, il est apparu qu’aucune étable ne subsiste pour abriter les animaux qui, en outre ne disposaient ni de foin ni d’eau, alors que la température avoisinait les -10 degrés. Preuve de l’intérêt du propriétaire est qu’il ne semblait pas au courant de la situation dans ses prairies (…). Tout un chacun bien évidemment pense que pour préserver le bétail restant, qui n’est même pas vermifugé, une saisie urgente s’impose, tout le monde sauf les services du Ministre qui ne jugèrent pas utile de saisir les animaux survivants. Seul un PV a été dressé reprenant l’audition du fermier.

Ensuite il y eut les 59 animaux saisis (2 moutons et 57 chiens) auprès d’une particulière bien connue du milieu animal, la Comtesse du Monceau, dans ses immeubles de Chastre et Bousval (Brabant wallon). D’après l’article, les chiens n’avaient pas été violentés mais nécessitaient des soins (ils manquaient d’affection, étaient en stress constant et les conditions d’hébergement dans lesquelles ils vivaient étaient dommageables).
Par le passé, la Comtesse du Monceau s’est tout de même fait saisir d’après Sud info 212 animaux depuis 2011. Condamnée en Justice à ne plus pouvoir détenir “que”20 chiens, elle bénéficia de la suspension du prononcé. Nul doute que si cette fois-ci elle se retrouve prochainement devant un Tribunal, elle soit condamnée sévèrement et ne pourra plus détenir d’animaux à l’avenir.

En analysant les deux faits, on peut se demander pourquoi dans un cas, alors que la situation a déjà entraîné le décès de 6 animaux, les services ministériels jugent inutile de saisir les animaux survivants, alors que dans l’autre cas, pour une surpopulation et un état de négligence, un Juge ordonne la saisie (certainement à la demande des mêmes services ministériels).

Et c’est là que les déclarations d’une ancienne bénévole de ce refuge ayant recueilli une partie des animaux nous interpelle fortement. D’après les dires de cette dernière, jusqu’il y a peu, ce refuge bénéficiait des services de la Comtesse, notamment pour y placer des chiens inadoptables du fait de leur agressivité, et aurait même fait adopter de nombreux chiots nés sur place. Pour la petite histoire, l’article précise qu’une vingtaine de chiens ont été transportés à la SPA de La Louvière, celle-là même dont nous dénonçons la situation irrégulière de par la non conformité des installations, et qui pourtant bénéficie du soutien du Ministre Di Antonio.

Si ces fait sont exacts, ajoutés à tout ce que nous dénonçons déjà sur notre site depuis quelques temps sur les dérives ministérielles, il faudra se rendre à l’évidence, le Bien-être animal en Wallonie n’est qu’une utopie …

Coup de pouce

Faites vos achats chez Zooplus en passant par nos visuels. Pour vous ça ne change rien, pour nous ça fait beaucoup