Manifestation du 16 juin contre Pairi Daiza. Y participer ou pas ? (Plusieurs éléments à prendre en compte)


Après avoir été interdite le 6 avril par les autorités locales, la manifestation créée à l’initiative de Jean-Michel Stasse sous l’égide de son asbl Wolf Eyes sera autorisée le 16 juin prochain. Le mouvement (une petite vingtaine d’associations situées à l’extrême de la protection animale, UWPA comprise 1) compte faire entendre son opposition à l’arrivée d’ours polaires à Pairi Daiza. Plutôt Curieux de nature chez Sans Maître, nous avons approfondi la question afin de prendre position sur cette manifestation. Y participer ou pas ? Il semblerait que la manifestation soit sujet à discordance au sein même de l’UWPA et que plusieurs membres n’y participeront pas.

Bien que par nature (et par éthique), nous préférons voir des animaux en liberté (voire même ne pas les voir), il est un fait de société que les parcs animaliers et zoos existent non pas seulement en Wallonie, mais sur toute la planète, et que plusieurs d’entre eux contribuent activement à la préservation des espèces qui sont de plus en plus sont menacées d’extinction. Le pire, c’est qu’elles sont en danger par l’action de l’homme (pollution, surchasse et surpêche, braconnage, …). Dès lors que faut-il faire ? Laisser ces espèces s’éteindre de leur triste sort, ou tenter de les préserver « artificiellement » dans un premier temps ? Pour nous, il est quand même moins pire d’être un ours polaire à Pairi Daiza qu’un ours mort sur la banquise, pour autant qu’elle existe encore d’ici quelques années. Est-ce que la vie de ces ours aurait quelque chose à envier par exemple à la situation des chimpanzés en Afrique aujourd’hui ? Nous en doutons fortement.

Venons-en aux ours en eux-même. Les deux ou trois ours prévus à Pairi Daiza proviennent d’où ? Capturés ou nés dans d’autres parcs animaliers ? La question a été posée discrètement au sein même du parc animalier, et il s’agira exclusivement d’animaux déjà nés en captivité, dont au moins un vit actuellement sous des climats plus exotiques que ce que nous connaissons en Belgique.

En portant la réflexion de manière plus précise, nous avons pu nous rendre compte que la Polar Bears International (organisation à but non lucratif pour la conservation des ours polaires) de même que L‘IUCN (International Union for Conservation of Nature) soulignaient le bien fondé de l’accueil des ours polaires en parcs animaliers selon des conditions de vie encadrées faisant l’objet d’accords signés avec la World Association of Zoos and Aquariums (Waza), contrôlés de manière stricte et impartiale et que les conditions de vie des ours seraient en totale concordance avec les recommandations de ces organismes.

Même si nous ne sommes pas fan des animaux détenus en captivité, nous devons admettre que Pairi Daiza tente de créer des espaces conséquents aux espèces accueillies. Que serait venu faire le Chef Raoni (qui lutte depuis des dizaines d’années pour protéger et sauvegarder une réserve de 1.800 hectares en Amazonie) dans un endroit où l’on ne respecterait pas un minimum les occupants ? Afin de mieux comprendre le pourquoi certains pensent que les parcs animaliers sont indispensables, nous vous conseillons la lecture du dossier du périodique « Le Monde » relatif à la face cachée des parcs animaliers.

Pourquoi donc cet acharnement de la branche la plus radicale du bien-être animal (soutenue de manière partiale par le bientôt ex-ministre Di Antonio) ? Est-ce une nouvelle façon de faire parler d’elle ? Est-ce parce que l’initiateur de la manifestation Stasse aurait été licencié il y a quelques années d’un autre parc animalier wallon ? Est-ce pour surfer sur la mode du bien-être animal ? N’y a-t-il pas dans notre royaume d’autres parcs dans lesquels d’autres ours polaires sont hébergés dans des conditions de vie moins adaptées que l’espace créé à Pairi Daiza ? Est-ce parce que Pairi Daiza fait du bénéfice « sur le dos des animaux » ? Dans ce cas, une petite visite sur le site de la banque nationale confirmera que plusieurs associations du bien-être animal disposent d’une trésorerie plus que florissante également. Annuellement, Pairi Daiza consacre de belles sommes dans divers projets internationaux de conservation tant de la faune que la flore, et prévoit d’investir davantage d’année en année.

En y réfléchissant de plus près, ne faisons-nous pas comme les parcs animaliers en détenant des animaux domestiqués mais qui tous à l’origine vivaient à l’état sauvage ? Est-ce que les animaux que nous chérissons toutes et tous ne sont-ils pas aussi dans un certain confinement ? …

Après analyse l’asbl Sans Maître ne participera donc pas à cette manifestation.

1 Pour rappel, l’UWPA est une toute nouvelle asbl créée par quelques associations fétiches du bientôt ex-ministre Di Antonio, ayant reçu un énorme subside de 160.000 € pour notamment créer un site Internet (110.000 €) et faire barrage au politique, alors que la grande majorité des refuges et associations peinent à agir correctement par manque de moyens financiers pour payer les soins animaliers,  et ne bénéficient d’aucun subside financier.

Faites vos achats chez Zooplus en passant par nos visuels. Pour vous ça ne change rien, pour nous ça fait beaucoup