Le Ministre Carlo Di Antonio et Gaïa copains comme cochons ?

cochon brule

Le cochon torchon brûlerait-t-il entre le Ministre et Gaïa ?

Lors d’une conférence sur la protection et le bien-être animal jeudi dernier à Rouvroy (Province de Luxembourg), organisée par celle-ci, lors du débat suivant la conférence, le Ministre Carlo Di Antonio s’est exprimé notamment sur la castration des porcelets. Propos relativement vite relatés sur le site de Gaïa introduits comme suit : Propos décevants tenus par le Ministre du Bien-être animal Carlo Di Antonio, lors d’une conférence sur la protection et le bien-être animal le 6 février dernier à Rouvroy.

Ce dernier aurait déclaré au sujet de la castration à vif des porcelets que « ça n’est pas une catastrophe quand on les voit courir cinq minutes après ». Toujours selon ses dires, les porcelets ne souffrent pas lors de la castration et a même proposé d’assister à une telle opération pour se rendre compte que les animaux ne ressentent aucune douleur.

Quatre millions de porcelets mâles subissent chaque année en Belgique cette intervention douloureuse et traumatisante. Entendre ces propos de la part d’un Ministre du Bien-être animal alors que l’extrême souffrance animale a déjà été scientifiquement démontrée à de nombreuses reprises nous déçoit au plus haut point, tels sont les mots exacts affichés par Gaïa. (voir article).

Soulignons en premier lieu le fait que le Ministre aurait déclaré, … Gaïa pourtant présent dans la salle physiquement d’après sa page Facebook n’a donc pas entendu les exacts propos de Carlo Di Antonio. La tournure suivante fait immédiatement disparaître le doute relatif quant aux facultés auditives de ses représentants présents, en prenant une tournure affirmative : Toujours selon ses dires, les porcelets ne souffrent pas (…) , pour arriver à une conclusion on ne peut plus claire : Entendre ces propos de la part d’un Ministre du Bien-être animal nous déçoit au plus haut point, invitant ses lecteurs à prendre le clavier afin de signaler son mécontentement. (Article complet sur le site de Gaïa)

Un clic pour pouvoir lire
Un clic pour pouvoir lire

 

L’histoire aurait pu en rester là sauf que, … le Ministre a très peu apprécier cette sortie médiatique sur son dos. Une communication personnelle sur son mur officiel Facebook, a rapidement vu le jour, portant à son tour des regrets et une certaine tristesse envers les propos émanant de Gaïa. Extrait : Sachez que je suis triste et déçu des méthodes utilisées ces dernières heures par Gaia. Sans vérification aucune, Gaia diffuse des informations fausses, incomplètes et mensongères sur mes positions. Carlo Di Antonio allant même jusqu’à s’interroger sur l’intérêt de Gaia d’ainsi désinformer les citoyens ? et si Gaia aurait t-il besoin de publicité ou de donateurs ? (A ce propos, si Gaïa n’a pas besoin de dons pour vivre, nous si 😉  ).

Il tient à préciser ses propos à savoir qu’il y a un engagement européen de faire évoluer la situation en 2018 et toutes les régions belges ont marqué leur accord pour s’adapter à cette réglementation ; qu’afin d’éviter cette souffrance il conseille de choisir dans les commerces de la viande de porcs entiers et donc qui n’ont pas subis la castration, qu’il ne croit pas que la castration chimique soit une bonne solution alternative, qu’il préfère donc les porcs entiers sans castration. Au sujet de la castration des porcelets (on y arrive enfin…), le Ministre stipule que pour lui les porcelets après castration réalisées avant 7 jours récupèrent et qu’en attendant l’accord européen de 2018 il accorde une plus grande priorité à d’autres souffrances animales beaucoup plus évidentes comme les cas de maltraitance, le non respect des conditions légales d’élevage, l’abattage sans étourdissement, l’élevage pour la production de fourrures, l’élevage intensif de poules pondeuses etc etc. Enfin, il termine en signalant qu’il milite au niveau européen et wallon pour un élevage qui soit plus extensif, plein air et qui respecte donc mieux les animaux.

L’histoire aurait pu en rester là, sauf que, … Gaïa se décide d’en remettre une couche, en publiant un second article “avouant” avoir utilisé un “ton humoristique” afin de proposer  à ses sympathisants d’interpeller le ministre wallon du Bien-être animal himself, à propos de la castration des porcelets, et que cette action était dans la suite de la conférence donnée par le Ministre (…).  On vous fait grâce de la suite des explications. (Si vous avez du temps, nous vous proposons de lire les nombreuses réponses du Ministre sur son mur).

Tout ceci n’aurait-il pu se régler dans les coulisses ? On a vraiment l’impression que cette histoire entre le Ministre et Gaïa part en couilles (1), ….

Nos précisions :

  1. La castration des porcelets ne peut en effet dépendre d’une législation régionale, celle-ci ne pouvant supplanter une règlementation européenne. Le Ministre n’a (malheureusement) clairement pas les pouvoirs à son niveau pour purement interdire la castration de ceux-ci.
  2. Gaïa est (ou était) un partenaire privilégié du Ministre di Antonio, ayant intégré le Conseil Wallon du bien-être animal, sur un des deux sièges censés représenter les associations du bien-être animal, au détriment d’associations wallonnes ayant également postulé à ce poste (Gaia ayant son siège social à Bruxelles).
  3. Il est toujours difficile de relater des ouïs dire, et de les faire passer comme vécus personnellement.
  4. Nous avions déjà à l’époque classé Gaïa et l’association détenant l’autre siège à l’extrême limite de la défense animale, et n’est absolument pas représentative d’une majorité d’associations.
  5. Le secteur du bien-être animal étant d’une ampleur colossale, il est évident que ce ne sera pas en un seul mandat de 5 ans qu’un Ministre pourra régler tous les problèmes relatifs aux animaux. Une vie ne suffirait certainement pas encore.
  6. Nous ne mettons pas en cause l’action globale de Gaïa, soutenant certaines campagnes, mais trouvons qu’il est quand même plus facile de “faire de la protection animale” durant les heures de bureau que d’œuvrer sur le terrain 24h/24 comme de nombreuses petites associations qui elles assurent physiquement un accompagnements aux animaux.
  7. Nous savons pertinemment que nous ne nous ferons pas que des “amis” par la publication de cet article, mais assumons pleinement notre lignée non lisse et complaisante qui est la nôtre.
  8. l’asbl Sans Maître quant à elle est bien à la recherche de soutien financier, mais déformer des propos d’un Ministre pour attirer l’attention sur son action n’entre pas dans notre éthique.

(1) Petit pied de nez par rapport aux testicules des porcelets, l’expression partir en couilles signifiant perdre le contrôle de quelque chose.

+ + + + + + + + + +

Encourager notre action ? Soutenez-nous !LOJO