La (presque) dure école de la vie … (Ou comment Wolf, arrivé chez nous à 2,5 mois fait d'énormes progrès)

Parmi les actions que nous avons eu l’occasion d’entreprendre en 2017, il y en a une qui nous a particulièrement touchés et qui méritait une petite mise à jour. Nous vous invitons à la découvrir ou à la relire si nécessaire.

Lors de son arrivée en famille d’accueil, le chien a été directement pris en main par des professionnels de l’éducation positive et présenté à un vétérinaire comportementaliste de renom.

Malgré son jeune âge, Wolf avait comme beaucoup de chiens, quelques comportements désagréables qui devaient être corrigés pour le bien-être de tout le monde et pour sa sécurité avant tout. Diagnostiqué comme chien très réactif pour son âge, il avait la manie de courir après tout ce qui bouge tels que les voitures, vélos, motos, coureurs, etc.  A son premier cours collectif, le côté réactif se confirmait et il lui était difficile de ne pas aboyer sur la moindre qui chose qui s’animait devant son nez. A trois mois, un chiot est encore en général dans l’exploration et vit un peu dans un monde parfait des Bisounours.

Après deux mois de travail effectué en renforcement positif donc sans aucune contrainte physique ni étrangleur et ce genre d’outils du moyen-âge, nous avons revu Wolf bien plus posé. Quand on le promène en ville, il ne tire pas en laisse et peut croiser des chiens sans la moindre animosité ni même l’envie d’aboyer. Son comportement est devenu celui d’un chien bien dans ses pattes même si le travail de désensibilisation vis-à-vis des vélos est encore à peaufiner. On croise bien évidemment beaucoup moins de vélos que de voitures donc le temps nécessaire à ce travail est plus long. Le tour de France étant fini, on n’allait pas attendre l’édition 2018 pour commencer 😊

Wolf est tellement étonnant que notre photographe de référence, Anthony Goret eut l’envie de réaliser une séance photo expresse ainsi qu’une vidéo démontrant sa grande aisance à monter sur le podium, poser et revenir voir si le cliché est réussi 😊. Le tout de façon naturelle et sans friandise pour l’attirer sur le podium sous l’œil vigilant des deux autres chiens de la famille.

Par cet article, nous voulions surtout vous montrer qu’une éducation positive lorsqu’elle est encadrée de façon professionnelle et travaillée au quotidien, permet de corriger toute une série de comportements difficiles et dangereux pour le chien sans avoir recours à la punition et aux méthodes coercitives anciennes et périmées.

L’éducation positive, contrairement à ce qu’on peut affirmer, ne consiste pas à distribuer des saucissons à tout bout de champ, ni de laisser faire le chien n’importe quoi. La première étape étant de créer une relation basée sur le respect, la confiance et de mettre tout en œuvre pour que le chien comprenne que seuls ses comportements corrects sont récompensés et que tous ceux qui ne sont pas souhaitables sont effacés au fil du temps. Cette éducation qui semble de prime abord plus longue et difficile est accessible à tout un chacun acceptant un minimum de remise en question personnelle ainsi qu’accepter d’oublier toutes les idées préconçues de la hiérarchie inter-espèces etc. Le résultat de Wolf en est une preuve indéniable.

Un remerciement particulier à Angélique Hénnuy de Hoop’s dog pour son accompagnement professionnel depuis l’arrivée de Wolf.

Coup de pouce