SPA La Louvière, quand la magouille se retourne contre son auteur (Un sacré grain de sable dans la machine du Bourgmestre Gobert)

Le Bourgmestre Jacques Gobert

Il en aura fallu du temps pour que le Bourgmestre de La Louvière, Jacques Gobert, reconnaisse dans la presse les montages et manœuvres mises sur pied pour prendre la main sur la SCCA, asbl qui gère la SPA de La Louvière (cf notre article du 1er juillet 2016). Il est très instructif de lire le point 22 du Conseil communal du 19 septembre 2016 pour comprendre jusqu’à quel point le montage était bien organisé, sauf que, …  ce qu’il n’avait certainement pas prévu, c’est que comme au Gouvernement wallon, il peut y avoir des surprises, et que le nouveau Conseil d’Administration choisi par le Bourgmestre Gobert (pour lequel il avait invité plusieurs centaines de personnes à se faire membre pour voter pour son projet), ne retourne sa veste et rompe le préaccord (qui avait même été soumis à vote consultatif lors de l’AG du 29 juin 2016). En résumé, la SCCA ne veut plus d’une mainmise des autorités politiques pour sa gérance et gestion, et ça, on ne peut qu’apprécier. Dès la rencontre avec l’échevin du bien-être animal Jean Godin en février en février 2016, nous avions bien compris que la seule chose qui intéressait la ville, ce sont les fonds en legs et héritages.

Là où on ne peut donner tort à la ville, c’est que côté administratif, il y a des lacunes, mais ne sont-elles pas existantes de par son intervention ? En effet, le 29 juin 2016, l’administrateur provisoire (engagé par la ville) avait fini son travail, et devait remettre les clés au nouveau Conseil d’Administration. Pourquoi cette passation de pouvoir a-t-elle mis autant de temps ? Certaine parce que la ville elle-même a demandé une prolongation de la mission sur on ne sait quel justificatif.

Assumant jusqu’au bout sa démarche, le Bourgmestre Gobert a préféré … laisser la parole à l’avocat de la ville devant la caméra d’Antenne Centre, … Florilège des propos :

La ville de La Louvière reçoit des informations comme quoi l’accueil des animaux ne serait pas parfait… et que des actes de maltraitance auraient été identifiés.

La ville de La Louvière reproche le manque d’avancée dans le processus de la transformation de l’asbl en asbl communale comme cela avait été stipulé lors de l’AG de juin 2016.

La ville de La Louvière investit, elle fait les travaux pour la mise à niveau du chenil et du refuge (ndlr : le chenil est la partie du refuge réservée aux chiens), en échange elle veut des garanties pour ne pas retomber dans le travers de 2012, et par conséquent la transformation de l’asbl en asbl à prépondérance communale.

Le but de la ville de La Louvière n’était pas de s’emparer de la gestion de l’asbl, c’était d’assurer par l’AG et le CA un contrôle administratif.

Il est étonnant, alors que les faits et la réputation de la SPA de LA Louvière ne datent pas de 2012, mais de bien avant, que la ville ne s’intéresse à la situation qu’en 2016. Peut-être parce que l’administrateur provisoire avait fait état des dons et legs en souffrance début 2016 et pas avant, …

Lors de l’AG de juin 2016, il avait été demandé un vote de principe aux membres. Rien n’avait été annoncé comme ferme et définitif. une nouvelle transformation des faits à la mode Gobert.

La ville de La Louvière veut investir, avec les fonds appartenant à l’asbl ? Vu l’importance de ceux-ci, il n’y a aucune utilité à alourdir la dette communale en réalisant un emprunt, comme prévu pour la phase 1 des travaux, d’un montant de 160.000 €. De plus, pour la ville, l’asbl devait engager des fonds également pour la seconde tranche des travaux (point 5. du conseil communal du 28 novembre 2016).

Comment appelle-t-on un contrôle d’une asbl en devenant majoritaire ? Réponse: Une prise de pouvoir étant donné le fait que chaque décision soumise au vote peut être refusée par, … la majorité.

La réponse de la SPA de La Louvière publiée sur sa page Facebook nous permet enfin d’apprendre que des améliorations sont en cours pour le bien-être des animaux (carrelage). Il aura fallut du temps, énormément de temps, mais ça bouge enfin.

Nous restons persuadés que la meilleure solution serait de rendre les bâtiments totalement vétustes à la ville, et de bâtir avec les fonds reçus un nouveau complexe permettant un bien meilleur confort aux animaux. Pour ce qui est d’un avis d’une participation politique au sein d’une SPA, ça peut aussi éviter certaines catastrophes comme celles de la fermeture du refuge d’AEP, décidée unilatéralement par le CA, … il faut juste avoir des personnalités politiques conscientes et responsables de la situation des animaux, et pas désintéressées par le sujet. un sujet pour lequel il ne faut certainement pas faire une généralité.

Nous sommes évidemment toujours attentifs à la situation des animaux Louvièrois, et apporterons, comme nous l’avons déjà fait par le passé, notre soutien envers chaque démarche visant une amélioration des conditions de vie pour ceux-ci.

Coup de pouce