Subvention pour les corridas – L’Europe fait machine arrière

corridaFin octobre, le Parlement européen avait demandé, l’arrêt des subventions à l’élevage des taureaux de combat. Et ce n’est pars rien puisque cette industrie de la mort se partage quand-même 130 millions d’euros d’aides réparties entre la France, l’Espagne et le Portugal. 64% des eurodéputés présents se sont positionnés contre les subventions en faveur de la tauromachie. 438 voix pour, 199 voix contre, 50 abstentions, sur un total de 687 votants. Ce n’était pourtant pas la première fois que ce Parlement votait des mesures similaires (2009 et 2014) mesures qui avaient échoué ensuite au Conseil des ministres européens. En effet, les votes, qui constituent la proposition budgétaire du Parlement, doivent encore être approuvés par le Conseil de l’Union européenne, ainsi que par les différents ministres européens des finances. Ce n’est qu’après approbation de toutes ces têtes bien pensantes que le vote peut devenir une Loi et donc de devenir une loi applicable.

Si la Fondation Bardot fut la première à juger cette décision historique, elle va devoir déchanter rapidement car, cette année, c’est rebelote. Selon le site abc.es la Commission européenne a répondu au Parlement que cette mesure n’était juridiquement pas applicable puisqu’on ne peut discerner l’élevage du toro de combat de tout autre élevage bovin, mesure inscrite dans la « lettre d’exécutabilité ». Les ganaderos de taureaux de corridas continueront donc non seulement à s’enrichir avec leurs élevages, mais également grâce à l’aide que nous, citoyens européens, allons leur verser, … de force.

————————————————–

Envie de soutenir l’asbl Sans Maître ?