Sylvestre, un hôte fort méconnu de nos contrées (Rencontre fortuite avec un petit tigre de nos forêts)


Le véritable chat sauvage

Enormément de monde commet la même erreur en parlant de chats errants, en les nommant « chats sauvages ». Il serait plus judicieux de parler de chats errants qui retourne à leur état sauvage et faussement catégorisés de « chats européens ». Du chichi direz-vous ? Pas du tout. Le chat sauvage est une espèce de chat à part, appelée aussi chat forestier, voire encore pour les puristes Felis silvestris silvestris.  Contrairement à la grande majorité de nos « chats domestiques » qui sont issus de la domestication lointaine de chats africains, le chat forestier est bien une espèce provenant du continent européen. Comme son nom l’indique, son habitat est principalement la forêt. Sa nourriture est composée presqu’exclusivement de micromammifères (mulots, souris, campagnols, musaraignes, moineaux, mésanges, …). Il arrive qu’ils festoient avec une poule ou un lapin dans de rares cas.

Bien que n’étant pas classée dans les espèces menacées, le chat forestier est en danger relatif. Sa population est réduite chaque année d’environ 15% par les accidents de la route. L’accroissement des zones urbanisées et agricoles empiétant sur les espaces boisés sont une autre raison de la mise à mal de cette espèce. Le chat forestier a totalement disparu de la région bruxelloise, et n’est plus présent en Flandre que dans les Fourons. Heureusement en Wallonie, il est encore présent en Ardenne. Des tentatives d’élargissement de son territoire sont actuellement mis en place en créant des « couloirs » permettant de relier leurs différents espaces. Le plus grand devait relier l’Ardenne aux forêts limbourgeoises.

Mais un autre danger pour cette espèce est le chat errant, celui que des âmes irresponsables ont abandonné bien courageusement à l’état de chaton dans les forêts. L’accouplement de chats domestiques et de chats forestiers donne une population hybride d’environ 15%. Malheureusement, il n’est pas possible de différencier à l’état naturel un pur chat forestier d’un hybride 🙁  Le chat forestier se distingue aisément des chats domestiques par contre. Il est tout d’abord plus robuste, a une queue touffue se terminant en arrondi et comportant 3 à 5 anneaux noirs. Pour en revenir à ce danger, faites passer ce foutu slogan qu’on ne cesse de crier :’faites stériliser votre ou vox chats !!! et arrêtez d’abandonner les chatons n’importe où« .

(ndlr): L’idée de la rédaction de cet article a été inspirée suite à la publication de nos amis de chez Plumalia qui ont eu l’extraordinaire chance de croiser le chemin d’un chat forestier et de prendre quelques merveilleux clichés de celui-ci. D’autres  merveilleux instantanés sont visibles sur le site.

Faire vos achats chez Zooplus en passant par notre lien apporte à nos protégés 2% du montant de votre commande hors TVA.