Une histoire assez rocambolesque (Un dimanche soir non conventionnel)


28 juillet 2019, 20h00, la ligne d’urgence sonne. Appel de la responsable de l’école d’éducation canine Zoofriends signalant qu’en rentrant d’une journée de travail, elle avait vu 2 grands chiens, dont un blessé, errer sur la voie publique. L’un des deux s’est enfui, mais l’autre est « coincé » derrière une cabine électrique par elle et son mari, et que cela fait presque 1/2 heure qu’ils attendent la police. Le chien semble craintif et ne se laisse pas attraper.

Toutes sirènes hurlantes (on n’en a pas, mais c’est tout comme 😉  ) nous prenons la direction de l’adresse indiquée. A notre arrivée, toujours pas de police, mais un monsieur tentant d’approcher le chien (avec précautions). Le chient bien évidemment ne laisse pas franchir sa bulle de sécurité. Devant la situation, la chaussée se trouvant à moins de 5 mètres, nous décidons de tenter une approche à la longe. Le procédé est simple. Un grand noeud coulant au sol, et des bonbons au centre. Les bonbons ont vite été engloutis, mais la longe n’a jamais réussi à entourer le cou de l’animal… Obligés de passer à une solution bien moins sympa, mais imposée par la situation. Le lasso. En moins d’une minute, le chien fut capturé (et non étranglé…). Dès qu’il fut pris, son comportement changea et nous pûmes dans les 2 minutes lui passer la longe. 5 minutes après, l’espèce de Labrador se laissait caresser.

Scannage, puce électronique découverte, nom découvert (Kito)  identification de son responsable, téléphone non valable, comme l’adresse était assez proche, nous nous rendimes tous les 3 à l’adresse. La personne était présente, mais, … nous signale n’avoir jamais possédé un tel chien. Un doute nous envahit… Comment est-ce possible ? Devant les propos, nous avons l’idée de présenter la personne au chien. Si c’est bien le maître, il y aurait réaction de l’un ou de l’autre. Nous fûmes tous les 3 ébahis. Aucune réaction ni de l’un, ni de l’autre… Alors soit la personne avait eu ce chien à sa naissance, soit il y avait un gros souci dans la base de données de DogID. Quoi qu’il en soit, on ne pouvait forcer la personne à reprendre un chien qui ne semble pas le connaître. Au vu de la législation actuelle, nous devons remettre Kito à l’administration communale du lieu de sa découverte, c’est à dire Charleroi qui d’office renvoie vers la SRPA de Charleroi. Quelques coups de fils passés, rendez-vous pris devant la SRPA (fermée à cette heure là), une équipe de la police arrive rapidement et Kito est pris en charge. Il attendra son propriétaire pendant 20 jours, et si celui-ci ne se déclare pas, sera proposé à l’adoption. Sa fiche est déjà en ligne.

Quant à l’autre chien, qui est une chienne, celle-ci a été récupérée par des personnes qui ont décidé de la garder anarchiquement. Pour rappel, il y a une législation, et tout qui enfreint celle-ci s’expose à d’éventuelles poursuites judiciaires. Dans le cas présent, il s’agit également d’une infraction pénale qualifiée de vol. Entre ce qu’on veut et ce qu’on peut, il y a souvent un fossé.

Quoi qu’il en soit, les chiens ne se baladant plus à travers rues et jardins, les accidents sont évités et les chiens en sécurité.

————————————————————————————————-

Une petite Samionnette pour pouvoir continuer l’action de notre BAPAC principalement, c’est ce dont on a besoin.

Un petit geste, et le monde s’ouvre à nous 🙂

Challenge petite Samionnette

Faites vos achats chez Zooplus en passant par nos visuels. Pour vous ça ne change rien, pour nous ça fait beaucoup