Vivre en absolue harmonie avec son chien – Les erreurs

Nous commettons tous des erreurs. Essayons de les limiter, surtout pour le bien-être de nos chiens.
Ne perdons pas de vue que la façon de communiquer du chien est différente de celle de l’humain.
Le chien vit dans le présent: il faut donc répondre immédiatement à la situation. Si vous lui proposez d’aller promener, n’attendez pas 1/2 heure avant de le faire. Si vous lui préparez son repas et qu’on vous appelle au téléphone, ne le laissez pas attendre.
Nos actions et nos réactions peuvent modifier certains comportements du chien. Comme il apprend en nous observant, il est primordial d’adopter un comportement cohérent et compréhensible pour lui.
Idéalement, l’humain devrait prêter attention à se comporter selon les règles sociales du chien. L’harmonie en sera meilleure.
L’humain peut provoquer chez l’animal des réactions déconcertantes en le faisant vivre dans un contexte éloigné de ses besoins sociaux.
! l’humain a une responsabilité illimitée envers les êtres vivant autour de lui. C’est une phrase à graver dans un lieu visible.

Une mauvaise communication figure souvent à l’origine des troubles comportementaux.
L’animal et l’humain doivent apprendre à se comprendre, se connaître.
Pour l’humain, comprendre le chien n’est pas inné. Il doit donc s’adapter et apprendre. Des relations réussies reposent sur de bonnes connaissances des conditions sociales et de communication.
! Le chien ne se comporte pas comme un humain. Il ne faut donc pas interpréter sa conduite comme celle d’un humain.
! Si l’animal a des réponses mal adaptées, cela vient d’une mauvaise communication, dont l’humain est responsable. Dans le cas où l’animal ressent une peur, la communication devient quasi impossible.

—> l’humain doit se remettre en question
voir si ses demandes sont claires
vérifier si ses demandes sont lisibles pour le chien
apprendre attentivement à reconnaître les signaux de communication du chien. Sinon, on aboutit à ce qu’on appelle un dialogue de sourds.
ne jamais crier parce que, justement, le chien n’est pas sourd
ne doit évidemment jamais taper
ne doit pas menacer… avec un journal, une chaussure, etc

Le chien n’a pas accès au contenu sémantique des mots.
Il peut en mémoriser un grand nombre. Il peut les associer à une action. Il est très attentif à la communication para-verbale et non verbale.
Cette interaction lui permet aussi d’interpréter notre état émotionnel.
Le chien se montre très attentif aux variations morphologiques, odorantes et vocales des humains.
Sa mémoire associative lui fait coordonner un son à ce dont il émane.
Nos différences de taille, couleur de peau, voix, d’accent, de prosodie (musicalité vocale), tenues vestimentaires, gestuelles, produits cosmétiques nous font paraître extrêmement variables.

Comme chez le loup, la communication non verbale du chien s’appuie sur des règles connues de tous.
Vraisemblablement, le chien a le système de communication le plus élaboré. Chaque mouvement représente un message. le corps est un vecteur d’expression, un outil de communication.
Le chien exprime sa palette d’émotions et ses intentions à travers la queue, les oreilles, la réaction des poils, les yeux, les pattes, la position, le visage, les sons.

—> il faut donc qu’il existe une congruence (tous les signaux de communication doivent aller dans le même sens), même ce qui est émis involontairement est perçu.
l’humain doit coordonner ses gestes et ses paroles. Si le chien n’y répond pas, c’est qu’il y a disharmonie.
Il est essentiel d’éviter les réactions anthropomorphiques.
Les accidents surviennent lorsqu’on ne sait pas interpréter les signaux.
Armonia

————————————————–

Comment soutenir l’asbl Sans Maître ?