Vivre en absolue harmonie avec son chien

Armonia01Chers amis,
Les rubriques que je voudrais partager avec vous concernent des conseils vérifiés, pratiqués par des professionnels pour que nos chiens vivent harmonieusement. Mes connaissances me viennent de cours, principalement d’un médecin vétérinaire, et aussi du cours de psychologie que j’ai moi-même enseigné.

Vivre avec un animal, quelle merveille!
Cet être débordant d’amour et de franchise fait partie de notre famille. Il est, comme nous, doté d’une personnalité, et donc d’une grande sensibilité, d’émotions, de peurs, de doutes.
Quand on vit avec quelqu’un, on tend vers l’harmonie. Pour y arriver, on apprend à se connaître, se respecter, s’écouter, se comprendre, se faire plaisir.
Avec cette rubrique, je vais essayer d’expliquer la psychologie du chien, son comportement. Nous commettons tous des erreurs, même dans l’éducation de nos enfants, malgré notre meilleure volonté. Tendons, ensemble, de les réduire au maximum.

Pour cette fois, je ferai une double rubrique en présentant d’abord brièvement l’histoire du comportementalisme.
Le comportementalisme fait partie de l’éthologie, du grec ethos = moeurs et logos = discours.
L’origine de l’éthologie remonterait au XVIIè siècle. Sa première application revient, en 1854, à Etienne Saint-Hilaire.
Plus tard, des comportementalistes comme Konrad Lorenz, Nico Timbergen, Karl von Frisch ont posé les assises de l’éthologie moderne, qui a eu des effets révolutionnaires et on continue à l’étudier, avec le comportement et la psychologie.
L’éthologie du chien appuie ses bases sur les études éthologiques du loup, du chien Dingo et le chien domestique.

Nous allons donc continuer en parlant de cette harmonie indispensable au bien-être.
Je vais d’abord envisager un point souvent mal compris, l’autorité. L’autorité ne signifie pas autoritarisme.
Quand l’autorité est nécessaire, elle doit, comme tout acte, s’exercer dans le respect et pas par la force. On s’abstient de crier. On veille à montrer patience et cohérence.
Le chien possède la notion de meute.
L’humain de la famille, qui prend le rôle de chef de meute, sera celui en qui le chien aura toute confiance. Il faut mériter et ne jamais trahir cette confiance.
On n’obtient rien de valable d’un être par la peur et encore moins par la violence. Il suffit de prendre l’exemple de ces chiens qui, un jour, mordent, saturés de peur.
A l’état sauvage, le chef de la meute montre du calme, il a confiance en lui-même. Il n’éprouve aucun besoin d’être agressif. Cela vaut donc pour l’humain, qui est le référent.

Quand, dans cette famille, cette meute, on attend un enfant, il faudra le faire accepter par le chien. Il est essentiel de ne pas rejeter le chien comme si, soudainement, il comptait moins. Il conserve sa place acquise.
Lorsque l’enfant sera né, on rapportera à la maison une de ses premières couches et o la fera sentir au chien en lui expliquant que bébé va arriver. On peut employer un autre mot que “bébé”, par exemple le prénom de celui-ci,mais il faudra toujours employer le même terme. Après, on ramène un vêtement de l’enfant et on procède de la même façon.
A l’arrivée de l’enfant dans la maison, on le présente au chien. Il est utile de prendre certaines précautions, mais surtout, ne pas laisser transparaître de peur, que le chien hume par nos phéromones, ne pas faire de mouvements brusques et ne pas crier.
Laissez le chien participer aux activités qui concernent l’enfant, il observe, et pendant ce temps-là, parlez-lui. Il peut approcher quand vous lavez, changer, allaiter l’enfant.
Surtout, ne le perturbez pas en bouleversant ses habitudes et en le reléguant à l’arrière-plan.
De son côté, l’enfant, une fois sorti de son berceau, devra rapidement apprendre à respecter le chien, mais aussi à être prudent et doux. Il doit faire la différence entre l’animal et ses jouets. Il est, par exemple, -et il tentera naturellement de le faire- absolument interdit qu’il lui tire les oreilles, les poils, la queue. Il ne peut agacer le chien, de qui il doit respecter la tranquillité.
L’enfant ne doit pas s’accaparer les jouets du chien, ni l’empêcher d’accéder aux endroits qui sont les siens.
Soyez toujours vigilant, tout en n’étant pas stressés. Ne laissez jamais l’enfant et le chien seuls.

Prenez donc le temps de consulter mon groupe Facebook “Un amore cosi grande – un amour infini. Pour tous les fous des animaux”.

Armonia

————————————————–

Comment soutenir l’asbl Sans Maître ?