Vivre en harmonie avec son cheval: Le massage

Le cheval est un grand animal, mais il est hypersensible.
En bonne santé, l’amélioration de la relation entre lui et l’homme et celle de son bien-être sont favorisées par les massages. Il n’est pas question de se prendre pour un ostéopathe ou un thérapeute.
Les massages, bien maîtrisés, renforcent la circulation sanguine, le métabolisme, dynamise le système lymphatique, accélère l’élimination des toxines, augmente le potentiel de contraction des muscles, active le système nerveux, diminue le stress, la nervosité.
Il faut disposer de 30′ et se trouver soi-même dans des conditions de calme.
Le cheval doit être propre. Il faut vérifier s’il y prend plaisir, s’il n’éprouve pas de chatouillements, s’il n’a as des endroits trop sensibles.
Il est indispensable de le toucher avec une approche lente et d’arrêter au moindre signe d’agacement. On masse surtout les parties charnues, ni la tête, ni la colonne vertébrale, ni les hanches. Las mains doivent glisser, petit à petit, elles peuvent entamer des cercles. Vous pouvez aussi tapoter des doigts.
Si le cheval se rétracte toujours au même endroit, vérifiez-en la raison.
Si son tempérament est nerveux, adoptez un rythme lent.
Maintenez un toucher parallèle: côté gauche et côté droit.
Prêtez attention à la respiration du cheval. Des zones dures et chaudes indiquent une douleur.
Comme pour les massages aux humains, une main reste toujours en contact avec la peau. On pose la deuxième, avant de retirer la première.
Quad la peau se décolle un peu, sans forcer, c’est un signe de détente.
On masse dans le sens du poil. Quand on descend le long des antérieurs, on le fait à partir du poitrail.
Quand le cheval est détendu, il laisser aller sa lèvre inférieure, il baisse la tête, il relâche son encolure. La peau est molle.

Armonia

+ + + + + + + + + +

Vous aimez notre association ? Soutenez-nous !LOJO