Vivre en totale harmonie avec son chat – Comprenons-nous bien!

Un dialogue félin

Le chat utilise la métacommunication, de manière volontaire ou non. Il a des mouvements expressifs ritualisés et des mouvements émotionnels.
Il utilise de nombreuses zones corporelles. Il tient le regard dans une certaine direction, sa pupille change de diamètre. Il dresse les oreilles ou il les aplatit latéralement. Il met la queue haute ou basse, immobile ou en mouvement.
Il adopte des postures amicales: il a les oreilles dressées, la queue relevée, le bout retourné vers l’avant. Il se pointe nez à nez à l’autre, moustaches tendues en avant. Le contact s’établit par les vibrisses et la communication phéromonale.
Ensuite, le chat choisit entre:

  • l’allomarquage par un marquage facial en frottant sa tête contre le visage et le flanc de l’autre, en le léchant
  • se coucher sur le côté pour inviter au jeu
  • continuer posément son chemin.

Les postures agonistiques sont celles adoptées pour résoudre un conflit.
Si le chat est mécontent, il montre d’abord ses armes et il émet des cris. C’est la phase appétitive.
Il passe à la phase consommatrice s’il mord.
Selon la réaction de l’autre, il peut arrêter et on se trouve alors en apaisement.
Les postures offensives concernent le chat, qui est sûr de lui. Il présente l’arrière de ses oreilles, il vocalise avec des variantes.
La posture d’intimidation correspond au “gros dos”. Il est arqué, les poils sont dressés, la queue, épaissie, aussi, le chat feule, il grogne. Parfois, il marche sur le côté. Il ne mord que s’il est acculé.
Parmi les postures défensives, il y a la posture basse. Le chat peureux se fait plus petit pour protéger sa nuque et son arrière-train. Il aplatit les oreilles.
S’il se sent plus menacé, il siffle et il donne un coup de patte. Puis, il s’éloigne au ralenti. Cette tactique peut se reproduire.
Si le chat décide de se battre, il se couche sur le côté pour exhiber ses armes, dents, griffes. Les yeux sont en mydriase, c’est-à-dire avec les pupilles dilatées, les oreilles aplaties, la tête semble arrondie. Il rentre le cou, toujours pour se protéger la nuque.
Il peut aussi opter pour l’éloignement ou une activité substitutive comme flairer le sol, s’asseoir pour se lécher, …
Il peut fuir à tout moment, lentement ou très vite, poursuivi par l’autre chat.
Armonia

+ + + + + + + + + +

Vous aimez notre association ? Soutenez-nous !LOJO

Faites vos achats chez Zooplus en passant par nos visuels. Pour vous ça ne change rien, pour nous ça fait beaucoup