Vivre en totale harmonie avec son cheval: le débourrage

Le débourrage est une expérience centrale pour le cheval. L’humain doit donc l’aborder avec toute sa sensibilité, sa compétence, son écoute, sa patience.
La première chose est de comprendre le cheval, de décrypter son langage. Peu à peu doit s’instaurer un échange.
Chaque cheval suit son propre rythme. Il est donc inadmissible de le bousculer, ce qui lui occasionnerait du stress.
A la naissance, le contact s’établit par imprégnation. Le sevrage ne doit surtout pas être brusque. Tout cela aura une influence sur toute sa vie.
Encore une fois, la méthode de Anne Evans produits ‘excellents résultats. Le cheval se sent plus en confiance. Il oublie ses peurs ancestrales. Il devient plus sûr de lui. Votre comportement doit être rigoureux, cela veut dire que vous devez toujours conserver les mêmes comportements, car votre cheval ne demande qu’à comprendre.
Il est important de penser que l’attitude instinctive du cheval est la fuite. Permettez-lui de réfléchir! Il est doté de possibilités pour évaluer, interpréter la demande.
Si le cheval “butte” sur une demande, c’est qu’une étape a été sautée.
Donnez une place sérieuse à la souplesse et à la détente durant le travail. Il faut, par exemple, tenir compte de la symétrie du cheval. Il tourne plus facilement d’un côté que de l’autre, il se plie facilement. L’engagement d’un postérieur est moindre d’un côté par rapport à l’autre, il se porte plus sur une épaule que sur l’autre. L’échauffement est une réponse, pour son agilité, son confort.
On peut travailler sur doubles longes avec caveçon. La douceur et le relâchement sont toujours les objectifs.
Le plus important est de réaliser que c’est le cheval qui nous guide progressivement.

Armonia